Ah la vie!

 

D5BE0D36-411C-4F28-831A-255AABFA6871

Le petit garçon observait son grand-père en train d’écrire une lettre. A un moment donné, il demanda :

« Est-ce que tu racontes une histoire qui nous est arrivée ? Et est-ce que par hasard cette histoire parle de moi ? »

 Le grand-père arrêta d’écrire, sourit, et dit à son petit-fils :

« Oui, ça parle de toi, c’est vrai. Mais le crayon dont je me sers est plus important que les mots que j’écris. J’espère que tu lui ressembleras quand tu seras grand ? »

 Le garçon examina l’objet avec curiosité, mais ne lui trouva rien de particulier.

« C’est un crayon comme tous les crayons que j’ai vu dans ma vie ! »

« Tout est dans la façon de regarder les choses. Ce crayon recèle cinq qualités qui, si tu parviens à les posséder pour toi-même, feront de toi un être en paix avec le monde. »

 « Première qualité : tu peux faire de grandes choses, mais tu ne dois jamais oublier qu’il existe une main qui guide nos pas. Cette main nous l’appelons Dieu. Et il doit toujours pouvoir la diriger selon sa volonté. »

 « Seconde qualité : de temps en temps, il me faut arrêter d’écrire pour utiliser un taille-crayon. Cela fait un peu souffrir le crayon, mais il en sort plus affûté. Ainsi faut-il que tu apprennes à endurer certaines douleurs, car elles feront de toi une meilleure personne. »

 « Troisième qualité : le crayon te laisse toujours la possibilité d’utiliser une gomme pour effacer ce qui ne va pas. Tu dois comprendre que d’effacer quelque chose que l’on a fait n’est pas nécessairement mal, et que ça peut être quelque chose d’important pour rester sur le droit chemin. »

 « Quatrième qualité : ce qui importe vraiment dans ce crayon, ce n’est pas le bois ou la forme extérieure, ce qui compte c’est la mine à l’intérieur. Alors, fait bien attention, toujours, à ce qui se passe en toi. »

 « Enfin, cinquième qualité du crayon : il laisse toujours une trace. De la même façon, sache que tout ce que tu feras dans ta vie laissera des traces et qu’il faut essayer d’être conscient de chacun de tes actes. »

19
Paulo Coelho


Trois périodes de vie

Mon passe mon present

 Je sais maintenant que la vie humaine se divise fondamentalement en trois périodes

 Dans la première, on ne pense même pas que l’on va vieillir, ni que le temps passe, ni que, dès le premier jour, celui de notre naissance, nous marchons vers une seule et unique fin. 

Passé la première jeunesse, commence la deuxième période, où l’on se rend compte de la fragilité de sa vie, et ce qui n’est d’abord qu’une simple inquiétude grossit en vous comme une mer de doutes et d’incertitudes

Au terme de la vie, s’ouvre la troisième période, celle de l’acceptation de la réalité et, en conséquence, la résignation et l’attente...

 ☆Carlos Ruiz ☆


Hymne à Ma Fille Aînée et Aimée


Sandra

Pourquoi pleurez-vous madame, qui donc a pu malmener votre âme ?

Ce ne sont que des larmes qui témoignent de mon drame.

Mais parlez-moi, dites-moi ce qui cause votre effroi.

Je suis triste, ça me fait si mal, c'est pire que tout, je rends les armes.

Racontez-moi, videz votre cœur partager avec moi votre malheur.

C'est ma chair, c'est mon sang et c'est elle l'origine de mes tourments, neuf mois je l'ai porté, la vie je lui ai donné, et aujourd'hui elle ne m'adresse pas l'ombre d'un joyau, elle est devenue ma peine, mon angoisse, l'auteure de tous mes maux. La voir se détruire, s'amoindrir, bousiller sa vie, me brûle douloureusement pour la mère que je suis !

Ma fille mon enfant, tant de nuits je t'ai bercée, pourquoi aujourd'hui cette haine vient tout briser.

Je pleure mon impuissance face à tout, je pleure mon mal de ne pouvoir te retrouver, je pleure face à la vie, qui s'acharne contre nous !

Ma fille, t'élever, te combler et t'aimer, quel bonheur ce fut! T'aimer démesurément même si tu as exagéré. Parce qu'une mère ne peut se le pardonner de voir sa fille dévier du chemin qu'elle avait tracée. Ma fille je prie Dieu de te pardonner pour tout le mal que tu me fais  car moi, même à terre sur le point de mourir, le pardon je te le donnerais. Saches juste ma fille que j'ai souffert, mais je reste à jamais ta mère, une mère qui t'aime de tout son cœur, même si tu as fait d'elle une femme meurtrie de douleur.

A toutes les mères qui souffrent, à toutes celles qui ont pleurés pour leurs progénitures, à toutes celles qui la nuit ne dorment pas à cause de leurs enfants.....

A tous ceux qui rendent dure la vie d'une mère, à tout ceux qui oublient celle qui s'est tordue de douleur pour lui donner la vie, à tout ceux qui oublient qu'une mère c'est unique, comme le soleil dans le ciel.....

Je dédie ce texte à toutes les mamans qui ont dans leur vie vécu ou qui comme moi vivent ce drame !!!!!!!!!!!!

9AA69678-9C6A-43EE-BB1F-07E74A37958A